Accueil Blogue Votre chocolat provient-il du travail forcé d’enfants ?

Votre chocolat provient-il du travail forcé d’enfants ?

par Sylvie Charbonneau
chocolat noir esclavage enfants

On aime toutes notre chocolat, un peu, beaucoup, passionnément ….

Mais quand on apprend que 7 grandes compagnies qui le produisent sont accusées d’avoir recours à l’esclavage des enfants, ça, on aime vraiment moins ça !

Plus d’ un million d’enfants travaillent illégalement à la production du cacao, dans le monde. Lorsque j’ai mis la main sur ces informations pour la première fois, ça m’a complètement chamboulée.  Je me suis dit que ce qui est une petite douceur pour nous (un p’tit luxe, même!) ne devrait pas causer une grande douleur ailleurs, ça n’a aucun sens!

En faisant quelques recherches sur le sujet, j’ai appris qu’il y a moyen d’y faire quelquechose: On peut, par exemple, simplement bien choisir son chocolat.

Si vous êtes comme moi, vous voudrez savoir:

  • Quelles sont les compagnies à éviter (ou, sur lesquelles mettre de la pression pour que ça cesse)
  • Et quelles sont les compagnies et les marques de chocolat à privilégier: Celles qui n’encouragent pas le travail d’enfants.

Dans cet article, je vous donne l’information sur les compagnies en question: Si c’est ce qui vous intéresse prioritairement, allez tout de suite à la fin de cet article: Comment choisir le bon chocolat .

Mais d’abord, je vous emmène faire un p’tit détour dans la chaine de production du chocolat, question de savoir d’où il vient, notre chocolat.

Oh, et puis, je vous partage aussi une recette de Chocolat maison toute simple, pour faire votre propre chocolat de Pâques.

De cacao à chocolat… Notre chocolat prend du temps à produire!

Le cacaoyer est un arbre qui produit des fruits, appelés “cabosses”, qui ressemblent à de petits ballons de footbal et qui contiennent des fèves de cacao (très très antioxydantes, en passant!)

Pour produire le cacao, il faut donc cueillir ces cabosses, les ouvrir et extraire les fèves de cacao. Il faudra ensuite plusieurs étapes pour produite la tablette de chocolat qui se retrouve dans notre armoire!

cabosses cacao

Des semaines de travail

Les fèves sont d’abord fermentée durant 1 semaine: C’est à cette étape que se développeront l’ arôme du chocolat-en-devenir. Car, je ne vous l’apprend sûrement pas, tous les chocolats n’ont pas le même goût, ni la même texture.

Les fèves sont ensuite séchées de 1 à 4 semaines et remuées quotidiennement. Une fois bien sèches, elles sont mises en sac de jutte et exportées vers les fabricants de chocolat. Après leur voyage, on déballe les fèves et elles sont ensuite nettoyées et torréfiées.

On est maintenant rendues à l’étape de la transformation: les fèves sont passées au broyage, dans des moulins à cacao, ce qui donnera une pâte épaisse, qu’on appelle la pâte ou la masse de cacao.

Cette pâte de cacao est mélangée avec d’autres ingrédients (sucre, lait) et on se sert encore de broyeuses et d’affineuses, pour  qu’elle devienne lisse et homogène.

Ça commence à devenir appétissant… mais il y a un “hic” !

Que cache notre chocolat tant aimé ? 

chocolat équitable

Ça commence donc avec les fèves de cacao et ça là que tout le problème se situe:  

Une importante partie du cacao est produit par le travail forcé d’enfants et par des des travailleurs qui vivent sour le seuil de la pauvreté. Ceci entraine aussi le traffic d’enfants, dans les pays où est cultivé 80% du cacao de la planète, en Afrique de l’Ouest: Côte d’Ivoire, Ghana, Nigeria.  On parle ici d’esclavage d’enfants.

Pour contrer l’esclavage des enfants, le Protocole Harkin-Engel a été signé en 2001: c’est un accord international qui engage volontairement les producteurs de cacao et de chocolat à ne pas recourir au travail d’enfants.

Malheureusement, dix ans plus tard,  on estime à 1,8 million le nombre d’enfants qui travaillent toujours illégalement dans les plantations de cacao de l’Afrique.

Des enfants qui font un travail forcé, où ils doivent utiliser des machettes pour dégager les plants, transporter de trop lourdes charges, et où ils sont en contact avec des pesticides nuisibles pour leur santé.

Cacao et esclavage des enfants: que peut-on faire ?jeune africain

Comme l’accord du Protocole Harkin-Engel est signé sur une base volontaire, la situation a stagné longtemps, et les changements se faisaient à pas de tortue.

C’est l’opinion publique et nos choix qui peuvent changer les choses

La question a fait les manchettes, l’opinion publique est alertée, les pressions sont alors maintenues sur les grandes compagnies concernées.  Et quelques grandes compagnies ont fait des efforts récemment, pour changer leur mode de production du chocolat, en se tournant vers des petits producteurs dont ils connaissent les pratiques équitables et respectueuses pour l’environnement.

Toutefois, le chemin est lent… et il sera sans doute long.

Comment faire pour accéler le changement ?   Une bonne partie de la réponse réside dans le soutien à un commerce équitable du cacao, qui redonne le pouvoir aux petits producteurs, en mettant en place des coopératives qui s’assurent d’obtenir un meilleur prix pour leur travail et de meilleures conditions.

De plus en plus de personnes recherchent ce chocolat équitable, qui n’est pas associé au travail forcé des enfants et à l’exploitation des travailleurs.

Pour ma part, c’est mon choix: mon chocolat est équitable.

Depuis que j’ai pris connaissance de cette situation, j’ai choisi de payer un peu plus cher mon chocolat  –que je croque quotidiennement– pour encourager les compagnies qui se positionnent véritablement contre l’esclavage des enfants.

Quelles sont ces compagnies ?  Je vous présente la liste juste un peu plus bas.

Comment choisir le bon chocolat ?

Actuellement, c’est 5% du cacao produit mondialement qui est certifié équitable et responsable.  Mais la demande pour du chocolat équitable est en augmentation ces dernières années.

Alors c’est nous, vous et moi, et les autres ailleurs qui aiment le chocolat, qui pouvons faire une différence à ce niveau.

Nous avons toutes un impact en tant que consommatrices et il est possible de faire une différence en choisissant les compagnies qui suppportent le commerce équitable.

 

enfants afrique

Vous trouverez  Dans cet article  la liste des marques à ne pas encourager.

Voici une liste de celles qu’il est préférable de choisir: Ce sont d’ailleurs des marques que j’achète.

La liste des marques à choisir: les chocolats équitables

Ces compagnies supportent vraiment le commerce équitable et responsable, et se procurent le cacao auprès de petits producteurs indépendants ou des coopératives:

  • Giddy Yoyo
  • Chocosol
  • Clif Bar
  • Green and Black’s
  • Koppers Chocolate
  • L.A. Burdick Chocolates
  • Denman Island Chocolate
  • Gardners Candie
  • Montezuma’s Chocolates
  • Newman’s Own Organics
  • Kailua Candy Company
  • Omanhene Cocoa Bean Company
  • Rapunzel Pure Organics
  • The Endangered Species Chocolate Company
  • Cloud Nine

Plusieurs de ces marques sont faciles à trouver: dans certaines épiceries (rayon des aliments bio ou naturels), et magasins d’aliments naturels .

Une recette de chocolat maison

Vous avez envie de fabriquer vous-même votre chocolat ?

Je vous propose de jeter un oeil sur la recette de notre collaboratrice Vicky: Elle est simple à faire et vous pouvez agrémenter ces chocolats selon vos goûts.

Chocolat maison tout simple: la recette est ici!

Chocolat noir équitable

Sylvie Tasse Sylvie


Vous avez aimé cet article ? Ne manquez pas mes prochains: abonnez-vous à notre infolettre gratuite.

Vous pouvez aussi nous rejoindre dans notre Groupe Facebook.

EnregistrerEnregistrer

Vous devriez aimer aussi ...

2 commentaires

Avatar
Michèle Aumais avril 16, 2017 - 8:50

Merci pour cette information cruciale sur les compagnies équitables.

Répondre
Avatar
Fournié de la Martinie Sylvain avril 15, 2018 - 12:20

Bonjour Sylvie
C’est un bel article que vous avez écrit. Il fait écho à la conférence à laquelle j’ai assistée samedi dernier. Le journaliste d’investigation Miki Mistrati était présent. Son documentaire, “La face cachée du chocolat” , a été projetée. Nous avons vu quelques extraits de son second documentaire “Shady chocolate” et un teaser du prochain film (2019) sur l’action de l’avocat américain Terry Collingsworth qui a intenté un procès contre les multinationales du cacao (Nestlé, Mars,…) Il est difficile de faire bouger les choses mais pas impossible. Les compagnies que vous citez sont dans un déni de responsabilité : elles rétorquent qu’elles ne sont pas les employeurs des producteurs de fèves de cacao…Les consommateurs peuvent effectivement boycotter ces cacaos de masse.
Un autre scandale est l’utilisation des pesticides : en 2018, on voit encore des producteurs africains posés fièrement au milieu de leurs bidons de pesticides (il y a même des marchés de pesticides !). Des enfants meurent dans les plantations…
Je suis enseignant et partage régulièrement ces informations très préoccupantes à des élèves habitués à manger des mauvais chocolats. L’opinion publique est de plus en plus alertée. Les gens sont-ils prêts à payer bien plus cher un chocolat “propre”, avec un bien meilleur goût ? Cela va prendre du temps. Comme cela prendra du temps de changer les mentalités en Afrique : Terry Collingsworth questionne un enfant africain dans une plantation.
“Comment es-tu venu ici ?”
“Mon père m’a amené et il est parti…”
Pour choisir un bon chocolat éthique, il faut faire confiance aux chocolatiers “bean-to-bar” qui se déplacent dans les plantations régulièrement ou bien qui possèdent leurs plantations : Akesson, Bonnat et Chapon en font partie.
Sylvain

Répondre

Laisser un commentaire