Accueil Santé des femmes Au bord de l’épuisement? Comment reprendre pied
se remettre de l' épuisement

Au bord de l’épuisement? Comment reprendre pied

0 commentaire

Lors de nos échanges à propos de la santé des femmes, Sylvie me demande des conseils sous forme d’article, sur le sujet de l’épuisement professionnel, qui touche tellement de femmes.

Vaste sujet… et entreprise difficile.

Il est certain que beaucoup trop se rendent à des niveaux d’épuisement catastrophique. L’absentéisme pour « burn out » arrive en tête dans les causes d’arrêt maladie des entreprises. Et cela n’est pas l’apanage de l’occident. En Chine, au Japon, la pression au travail est aussi extrêmement forte, et le taux de suicide par épuisement est effrayant.

Notre monde moderne a dérapé dans l’ hyper consommation, l’ hyper performance, et nous en payons le prix dans nos sociétés qui n’ont d’autres choix que de revoir leur mode de fonctionnement. 

Nous sommes arrivés à ce point de rupture, où repenser son travail sa vie, sa santé devient une priorité.

Je vais donc commencer mon article par ceci:

Comment ne pas en arriver à ce degré d’épuisement?

 1. En repensant ses priorités

 Comment faire?

Tout simplement s’assoir, rester 15 minutes en silence tous les jours et laisser le flot du mental se calmer. Les vraies affaires importantes émergeront. Des solutions auxquelles vous n’aviez jamais pensé peuvent se dessiner. Dans tous les cas, vous protègerez votre mental et vos surrénales d’un court-circuit.

La méditation, la prière, ou la contemplation quotidienne ont un impact « immmmmense » sur notre système nerveux et sur notre santé en général, et constituent des moyens précieux pour contourner l’épuisement.

Si nous pratiquions régulièrement ce petit exercice, beaucoup de choses dans la vie iraient mieux.

méditer femme épuisement

(crédit photo Eva Luna)

Oui, les factures à payer…mais justement, ne faut-il pas repenser notre budget, et ne pas s’encombrer d’obligations au final bien inutiles?

Je vous donne ce petit truc :

Par rapport à un souci, une inquiétude, un désir d’achat; demandez-vous :

  • « Est ce que cela sera encore vrai dans 10 ans?
  • Ou « en aurai-je besoin dans 10 ans? ».

Vous allez constater ainsi que les choses vraiment importantes ne sont pas si nombreuses.

Oui, le travail est extrêmement prenant : Tout travail amène des périodes de pointe et de surchauffe.

Cela est correct. 

Le danger réside dans la durée dans le temps de ces périodes. Trop longtemps, cela devient dangereux pour notre santé.

Dans ces cas, nos surrénales s’épuisent, car après avoir vidé leurs stocks d’adrénaline qui nous a permis de nous dépasser, de faire des semaines de 72 heures et des journées de 12h, elles ne peuvent plus sécréter que du cortisol, cette substance qui peut être hautement cyto et neuro toxique.


Épuisement: plus capable de se défendre

épuisement main fenêtre pluie

Si je résume, ce qui se passe lors d’un épuisement, c’est que nos cellules sont fragilisées et ne sont plus capables de se défendre devant la moindre agression. Quant à notre cerveau, celui-ci ne fonctionne plus correctement: plus de sécrétion de sérotonine ou d’ocytocine.

Or, aucune entreprise, aucun humain ne justifie que l’on se « tue » à la tâche. 

2. Deuxième petit truc: prendre une pause au bon moment

Arrêtez-vous 2 minutes, et imaginez que demain vous passiez sous un autobus qui vous conduit en ligne directe devant St-Pierre (ou: en haut sur un nuage, pour celles qui ne sont pas familières avec ce monsieur!).  Votre clientèle, l’entreprise où vous travaillez, vont-elles disparaitre? NON!

Donc il est temps de repenser votre emploi du temps professionnel avec vos collaboratrices, patrons ou avec vous-même. Il  est indispensable de le faire, si vous ne voulez pas tomber malade, d’une façon ou d’une autre.

Un vrai patron, une vraie cheffe d’entreprise, préfèrera une employée honnête, consciente de ses limites, à quelqu’un qui fera croire qu’il est capable d’en faire des tonnes, mais qui au bout de 6 mois disparaitra en congés de maladie.

Il vaut mieux s’arrêter un 3 jours maintenant, que de finir avec un arrêt de 6 mois. 

repos pause

3. Demandez-vous: qui voulez-vous convaincre de votre professionnalisme? 

Ne serait- ce pas vous ?

Il est temps de faire un retour en « pays d’intériorité », pour paraphraser un de mes livres. 

Il n’y a rien de mal à vouloir performer…mais pour quoi, au juste? Pour qui?  

Plus tôt nous nous posons cette question, mieux nous mènerons nos vies.

 


Ces 5 pensées récurrentes qui nous épuisent

Je vais vous donner 5 voies de réflexion, qui sont aussi les 5 injonctions du passé avec lesquelles nous fonctionnons toutes, plus ou moins, depuis notre tendre enfance. Des injonctions qui nous ont été transmises par les modes éducatifs, sociétaux ou autres.

Les reconnaitre, c’est déjà le début de la libération.

femme épuisement fenêtre

Il ne s’agit pas de critiquer qui que ce soit dans votre passé, mais de  prendre conscience de ces 5 questions et de voir comment  elles résonnent en nous:

1] « Je dois être forte » en toutes circonstances

2] « Il faut aller vite dans la vie» vite, vite, pour pouvoir faire plus

3] « Je dois être parfaite en tout temps »

4] « Il faut faire des efforts sans cesse »  car sans effort, nous n’obtenons rien

5] « Je suis responsable du bien être des autres ». Je dois faire plaisir, sans cesse

 

Alors…Y -a-t-il des comportements qui vous parlent? 

Cette prise de conscience va vous aider à changer vos lunettes sur la vie.

Voici comment répondre à ces 5 injonctions:

  • À « je dois être forte » : Vous allez répondre à la petite fille qui fonctionne comme cela en vous, depuis des décennies. Vous allez lui dire:  Tu as le droit d’avoir des émotions, c’est même vital! Accueilles et respectes ce que tu ressens.
  • À « je dois faire vite » : Vous allez dire: tu as le droit de temps en temps de ralentir.  Là aussi c’est vital : un moteur ne peut pas tourner à plein régime en permanence, sous peine de s’arrêter définitivement à un moment.
  • À « je dois être partaite »: Tu as le droit de faire des erreurs et tu as le droit aussi de ne pas tout savoir. L’important est de savoir où aller chercher l’information. Et le dire ne diminuera pas ton « prestige », au contraire!
  • À « il faut sans cesse faire des efforts » : Tu peux aussi parfois réussir facilement et avec plaisir. La vie parfois peut aussi être facile.
  • À « fais plaisir »:  Tu as le droit de te prendre en considération: si tu n’es pas capable, tu peux dire non à la demande qui t’es faite. C’est l’image du gilet de sauvetage en avion : le personnel de bord nous le rappelle à chaque vol: mettez d’abord votre masque à oxygène avant d’aider quelqu’un d’autre.

Tous ces préambules sont développés dans mon atelier de deux jours sur « Performance ou équilibre: Comment traverser le stress sans se rendre malade » : www.christineangelard.com

Mais déjà, essayons de nous poser les vraies questions.

Je poursuivrai la réflexion avec vous dans quelques jours avec la deuxième partie de cet article : Comment se relever, lorsque l’on est tombée?

Christine Angelard


Vous avez aimé cet article ? Ne manquez pas nos prochains: Recevez notre infolettre gratuite.

Vous pouvez aussi rejoindre notre sympathique communauté: Devenez membre de notre Groupe Facebook.

Ou défilez tout en bas de cette page et laissez-nous votre commentaire: On aime tellement vous lire!

Le contenu sur Thé Vert et Chocolat est conçu pour soutenir, et non remplacer, le traitement médical. Les informations sur notre site ne peuvent remplacer l’avis d’un-e professionnel-le de la santé. Si vous croyez souffrir d’un problème de santé, veuillez consulter un-e professionnel-le  de la santé.

Vous devriez aimer aussi ...

Laisser un commentaire