Accueil Santé des femmes 3 clés pour bien vivre la courbe du bonheur

3 clés pour bien vivre la courbe du bonheur

par Sylvie Charbonneau
3 clés pour notre courbe du bonheur

Comment faire pour cultiver le bonheur dans notre quotidien ?

Certaines personnes semblent être plus douées que d’autres pour y arriver: les choses paraissent plus faciles pour elles, leur moral est généralement au beau fixe, leurs sourires sont généreux, leurs rires contagieux … c’est souvent ces personnes qu’on appelle, lorsqu’on a besoin d’un petit “remontant” de vie!

Sont-elles chanceuses, ou plus gâtées par la nature, ces personnes qui cultivent si bien le bonheur ?  

Et si c’était plutôt une question d’entrainement?  Oui, oui, d’entraînement!

Les  recherches en psychologie positive nous apprennent ceci:

Nous pouvons nous entraîner à percevoir les éléments dans notre vie sous un côté positif et joyeux, au lieu de les voir comme des difficultés, des limites et des problèmes. 

En d’autres mots, ça veut dire que nous pouvons toutes et chacunes aiguiser et développer notre aptitude au bonheur.

Mais comment s’y entraîner, justement ? Y a-t-il une recette, des trucs pour y arriver, une façon de faire ?

J’ai discuté de la chose avec un de mes mentors, avec qui j’ai travaillé dans la dernière année: Alain Guilbert, coach en gestion et en communication. Alain est un passionné de la croissance des individus et des groupes. J’aime beaucoup son approche et pour ce sujet, Alain m’a partagé ce qu’il appelle ses 3 clés pour la courbe du bonheur.

Courbe du bonheur et croissance personnelle

Sylvie: Alain, la recherche du bonheur semble être un recommencement constant: on dirait que c’est un état qu’on arrive occasionnellement à atteindre, qui nous échappe ensuite, pour revenir plus tard, alors qu’on n’y croyait plus!   

Alain:  Je parlerais effectivement de la courbe du bonheur, car même si nous ne le souhaitons pas, chacun de nous traverse des hauts et des bas. Il fait beau… puis le temps est maussade… Il fait soleil…il pleut…le ciel est clair…et puis il fait noir. Nous sommes tous concernés par ça, dans nos états d’âme intérieurs.

courbe du bonheur

Parfois c’est la tempête à l’intérieur de nous et en d’autres occasions c’est le calme, c’est l’euphorie.  

Il arrive que notre humeur soit haute et en d’autres occasions, nous nous sentons plus moches. Nous n’avons pas tous la même résilience face aux soubresauts de la vie qui se présentent à nous. Certaines personnes absorbent facilement les aléas de la vie, d’autres moins. 

Sylvie: Pourquoi certaines personnes semblent-elles plus aptes au bonheur? 

Alain:  Tout est une question de comment on perçoit les choses. Et pour cela, il est important de savoir quel est l’état de notre filtre de gestion des informations: Est-il ouvert et limpide, ou est-il fermé et encombré?

Les situations auxquelles on réagit nous viennent de l’extérieur (les images, sons, éléments de vie) ou de l’intérieur (nos pensées, sentiments). On sait que chaque personne absorbe des milliers d’informations à chaque seconde; nous avons d’ailleurs 60,000 pensées chaque jour.

L’ensemble de ces situations traversent notre filtre de gestion des informations, à travers nos sens. Ce filtre, nous le construisons avec le temps: ce sont nos connaissances, nos expériences de vie, notre langage intérieur, nos valeurs, nos croyances, nos attitudes, etc.

Sylvie: C’est donc ce filtre qui joue sur nos perceptions?

Alain: Oui. Et il est possible et très accessible de l’ajuster, pour vivre en plus grande harmonie, en désamorçant de mauvaises habitudes, en désancrant des croyances limitantes, en modifiant notre vision des choses et en réancrant des moments joyeux et nourrissants, qui nous procurent une plus grande satisfaction face à la vie.

cultiver le bonheur

Sylvie: Intéressant! Comment procède-t-on pour faire cela?

Alain:  Il est possible de faire ces ajustements soi-même, pour notre mieux être. Pour y arriver, nous avons des aptitudes à développer: une grande patience, une indulgence envers soi et se donner du temps de qualité pour faire cela. Parfois une aide extérieure peut représenter une solution plus rapide et efficace. Il y a aussi plusieurs moyens, pas compliqués du tout, que nous pouvons tous mettre en pratique. Je les appelle les “3 clés”.

3 clés pour faciliter la courbe du bonheur

Une 1ère clé est l’activité physique:  pratiquée régulièrement, elle représente un investissement pour mieux faire face à ces hauts et ces bas de la vie.  L’adage « un esprit sain dans un corps sain » est toujours d’actualité.

Ceux et celles qui pratiquent régulièrement l’activité physique, le sport, le plein air constatent le bien-être physique et psychologique que cela procure. Cette bonne habitude à développer peut devenir comme une drogue nécessaire au bien-être, un moyen de se sentir bien dans son corps, de s’apprécier, de se sentir en énergie et de soigner l’estime de soi.

Sylvie: Sage conseil, or, ça peut être un défi, d’intégrer l’activité physique à nos horaires de fous. C’est souvent mon cas!

Alain : On peut alors revoir la gestion de nos priorités, si c’est le cas, et placer comme très importante la pratique d’activités physiques: essayons de viser 45 à 60 minutes, 4 fois par semaine. Notre motivation à faire cela ? Ça aide à notre courbe du bonheur!

La 2e clé est une saine alimentation: fruits, légumes, aliments non transformés, etc. Ceci prépare bien le corps à un meilleur équilibre psychique. Bien se nourir apporte une plus grande énergie, un cœur et des vaisseaux sanguins plus efficients, etc.

bonheur papillon

Enfin, la 3e clé est un repos réparateur régulier. Je parle d’abord d’un sommeil en quantité suffisante: la moyenne des heures de sommeil par individu a diminué de plus d’une heure, dans notre ère moderne, passant de 8.5 heures à 7.5 heures. La durée  du sommeil par nuit varie avec chaque individu, dépendant de son âge, de sa fatigabilité, etc. Les exigences du temps social aurait aussi un impact sur cette diminution de sommeil.

Sylvie: On revient encore à nos horaires de fous, ici! Pour ma part, je vois vraiment la différence, lorsque j’arrive à  me coucher tôt. Mais même si j’en remarque les effets positifs, il faut que je me discipline…sinon, je passe tout droit!

Alain : Je veux aussi mentionner l’importance du sommeil de qualité, car notre sommeil est souvent agité! L’éclairage artificiel, la lumière bleue, les écrans seraient parmi les principaux facteurs de sommeil plus agité.

La qualité du sommeil est accrue et plus récupératrice si on se donne des conditions favorables :

  • éviter de manger trop tard et trop gras
  • éviter de manger trop épicé, caféiné ou sucré
  • heure de lever et de coucher régulière
  • se mettre en mode détente avant de se coucher et éviter les stimulations (stress, film d’action, etc.)

Au travers des ces habitudes à prendre avec les 3 clés, nous pouvons amplifier nos efforts pour demeurer dans le haut de la courbe du bonheur, en cultivant ce que j’appelle la formule magique d’appréciation de la vie: Se centrer sur le moment présent. 

Ce sont des façons toutes simples d’investir dans le bonheur….dans notre bonheur !

Sylvie: C’est un bon investissement, qui demande de revoir nos attitudes et nos habitudes.  Mais que fait-on, quand malgré tout cela, on traverse une période “basse” ?

Alain:  La vie nous présente ces situations pour mieux grandir. Quand nous sommes dans le bas de la courbe du bonheur, prenons-le comme un moment privilégié pour apprendre. 

bonheur nous échappe

Trois façons pour se sortir de ces moments de lassitude et d’inconfort, quand nous sommes en bas de la courbe:  

  1. S’accepter inconditionnellement comme des êtres normaux, qui ont droit à la vulnérabilité. Nos vulnérabilités sont des cadeaux qui se présentent pour mieux se connaitre à l’intérieur et qui nous amènent à trouver des solutions pour MIEUX ÊTRE.
  2. Se donner un plan réaliste, fixé dans le temps, idéalement écrit, pour accéder à nos rêves les plus chers. Osons vivre des expériences nouvelles qui ouvrent notre vision des choses, qui stimulent notre créativité et qui nous poussent à sortir de notre zone de confort!
  3. Consulter des ressources externes, des volumes, des modèles, des exemples qui enrichissent nos connaissances et qui nous allument à explorer des routes vers la conscience et l’actualisation de soi.

Dans ces moments moins faciles, il est important de se rappeler qu’il nous arrive aussi de nous situer en haut de la courbe du bonheur.

Et lorsqu’on est dans les moments du “haut de la courbe”,  prenons le temps de le “marquer”:

Célébrons la vie, ancrons en nous ces situations de vie comme des occasions, voire des synchronicités, qui nous arrivent pour créer cet équilibre en nous et refaire nos forces. Merci la Vie de m’aider à GRANDIR!

Sylvie: Merci à toi, Alain, de ces informations qui aideront à débuter notre “entrainement”, pour cultiver notre propre courbe du bonheur!

SylvieTasse Sylvie


 

Pour rejoindre Alain Guilbert, Consultation TAD : alainguilbert@outlook.com alain guilbert

 

EnregistrerEnregistrer

Vous devriez aimer aussi ...

Laisser un commentaire