Accueil Être plus zen Bain de forêt: quand la pause s’impose
forêt hiver femme marche meditation

Bain de forêt: quand la pause s’impose

8 commentaires

Le passage de l’année a été tout un défi pour moi, et pour y voir plus clair, je suis allée faire ce qui me replace toujours l’énergie: le «bain de forêt». Pour moi, c’est en allant passer beaucoup  -mais vraiment beaucoup!- de temps en forêt, que je vis le mieux ces temps de pause qui s’imposent.

Un bain de forêt: là où tout est au ralenti, un jour à la fois, pas de téléphone, pas d’internet, pas de tv, pas d’amoureux, pas d’enfants (aha!).  Le silence complet, à contempler simplement le moment présent. C’est dans ces périodes en forêt que je peux laisser monter en moi les paroles de mon cœur, de mes passions.

Comment s’est passé votre passage vers 2020 ? Dans la joie et les rassemblements, ou bien dans l’envie d’être seule et de prendre soin de vous? 

La fin 2019 et le début 2020 ont été un passage différent pour moi cette année… même que je dirais que je ne suis pas encore complètement atterrie en 2020! Mais où suis-je donc?

Peut-être qu’à la lecture de ce petit texte, vous vous reconnaîtrez vous aussi.

Bain de forêt, méditation et besoin de changer de rythme

Je vous mets dans le contexte de ce qui m’est arrivé. Suivez-moi:

C’est lors d’une méditation, quelques jours après le début de la nouvelle année, que j’ai réalisé où je me situais vraiment à ce moment.

Dans ma méditation, j’étais assise à flan de montagne et je contemplais la nature verdoyante, une vraie beauté! Puis, arrivé de nulle part, un ours polaire s’est pointé à mes côtés et m’a demandé de monter sur son dos. Oh wow, pourquoi pas: une promenade à dos d’ours polaire… c’est pas banal quand même! Cet ours m’a fait voyager et nous avons traversé un pont suspendu au-dessus d’une rivière de feu, pour ensuite se rendre dans un lieu complètement gelé. Et c’est là qu’est apparu un château de glace, et l’ours m’y a déposé sur un trône.

Je suis restée là, à regarder l’horizon tout gelé, immobile

 

bain de forêt bottes hiver

Ouf, « flyée » la madame hein ? Ça donne le goût de chanter : Libérez, délivrez, je ne mentirai plus jamais…!

Ah bien voilà: je ne me mentirai plus jamais: c’est ça!

C’est à ce moment là que j’ai réalisé que mon atterrissage en 2020 ne s’était pas encore fait. Pourquoi ?

Parce que 2020 exigeait que j’entre dans cette nouvelle année complètement au ralenti, en sachant exactement où déposer chacun de mes pas, les pas de mon cœur et non de ma tête. 2020 exigeait de moi que je me laisse « mourir », « déconstruire » pour mieux me « rebâtir solidement ».

Alors c’est pour cette raison que la vie m’a fait atterrir dans la glace… Et qui dit glace, dit immobilisme.

L’ immobilité, vous dites? c’est dont ben pas agréable ça…

En effet, ça peut paraître épouvantable de s’arrêter, mais si je vous partageais un secret rempli de sagesse: pour chaque expérience difficile, nous en retirons énormément de positif et beaucoup d’évolution.

Le droit de ralentir, même (et surtout!) au début d’une année

J’ai donc fait le choix d’écouter l’enseignement reçu par l’ours polaire et j’ai donc «gelé» tous les projets, études et autres choses dans ma vie, en me donnant le droit de ralentir pour me concentrer sur cet iceberg de 2020, ce méchant gros bloc de glace sous la couverture de l’eau.

Il me fallait donc descendre et descendre dans mes profondeurs, toucher les émotions figées et les laisser s’exprimer. Je vous décris plus bas de quelle manière le bain de forêt m’a permis d’entrer en contact avec cela, pour plonger dans la «déconstruction» et la « reconstruction».

bain de forêt branches arbres soleil rayon lumière

S’arrêter pour écouter ce qu’il y a en soi

Mais comment ? On me pose souvent cette question : « Julie, comment fait-on pour aller en soi, dans le profond ? » 

C’est simple, je réponds: ne fais rien.

Arrête-toi, pleure si tu as envie de pleurer, crie si tu as envie de crier, mais laisse monter ce qui se cache sous ta couverture d’eau à toi aussi. Et quand ça monte, accueille et accueille, sans jugement, accueille tout ce qui est là, et laisse-le partir, comme une glace qui fond à la chaleur de ton amour pour toi.

Devenir sa meilleure amie

« Mais Julie, comment fait-on pour s’aimer soi-même ? »

À cela je réponds: en écoutant ce que ton cœur te dicte. En te disant à toi-même : «  je m’aime inconditionnellement, dans toute mes facettes, je suis ma priorité ». En te promettant de ne plus laisser jamais rien ni personne être plus urgent que toi. En te serrant dans tes bras, en te permettant tes émotions, tes bons coups, tes mauvais coups. En te pardonnant, en t’accompagnant comme tu le ferais pour ta meilleure amie. En devenant ta meilleure amie! En te respectant, en posant tes limites, en validant ce qui motive tes choix et tes actions dans la vie.

  • Ces actions et ces choix, les fais-tu parce que ça te nourrit ou parce que ça nourrit l’autre? Pour la reconnaissance que l’autre te manifeste?
  • Le fais-tu parce que ça te permet de vivre quelque chose d’agréable pour toi, ou simplement pour plaire à l’autre?

Car, tout part de là: savoir pourquoi nous faisons nos choix.

Et ensuite, il s’agit de savoir se placer, soi-même, au cœur de nos choix.

Oser se choisir malgré les attentes des autres 

bain de forêt neige

Avez-vous déjà osé vous aimer au point de déplaire aux autres ?

Osé, en sachant qu’en vous choisissant, vous alliez immanquablement décevoir certaines personnes, en mettre d’autres en colère et pour plusieurs, les laisser complètement dans l’incompréhension vis-à-vis votre choix ?

Eh bien, laissez-moi vous dire que ça fait du bien!

C’est le plus beau choix que vous puissiez faire et il n’est jamais trop tard pour commencer!

Je me souviendrai toujours d’une femme dans la soixantaine venue me consulter, qui était épuisée car elle n’était jamais reconnue pour tout ce qu’elle faisait pour les autres. Je lui avais expliqué comment déployer son énergie pour se mettre en priorité dans ses choix, pour se rendre visible à elle-même et pour enfin se reconnaître. Elle a fait ses devoirs, et lorsque je l’ai revue quelques mois plus tard, elle était complètement transformée: bien fière de m’avouer qu’elle «aurait dont dû faire ça ben avant», que ça lui aurait évité bien des tracas et des pertes d’énergie. D’être enfin capable de dire NON était maintenant, pour elle, profondément libérateur!

Mais… pas si facile, se choisir!

Bon je vous mentirais en vous disant que c’est facile de se choisir, car en tout humilité, les premières fois qu’on se choisit… on est souvent envahie par la culpabilité.  On n’a pas été élevées comme ça, hein!

Mais à force de pratique, la culpabilité disparaît: on finit par comprendre que ce que l’autre vit, suite à notre choix, ça lui appartient.

Il faut se choisir, tout en ayant la ferme conviction que la vie, dans sa grande intelligence, prendra soin de ces personnes pour le meilleur de tous.

femme bain de forêt neige tuque

S’arrêter et prendre une pause : un choix à contre-courant

Alors, maintenant: si on choisit de l’habiter, notre immobilité, comment y arrive-t-on dans la vie d’aujourd’hui?

S’arrêter pour soi, juste comme ça –sans raison médicale, sans crise à régler– ne fait pas partie des pratiques courantes de la société actuelle. Pourtant…

Nous sommes toutes bombardées constamment de part et d’autres de toutes sortes d’informations, au point où nous en perdons notre centre et notre réalité.

Le bain de forêt: là où l’invisible rejoint le visible

Dans la forêt, que j’aime affectueusement nommer la forêthérapie, c’est là que je vis mes plus beaux «moments Eureka!». C’est aussi là que je reprends contact avec qui je suis.

Un bain de forêt, ça ne coûte rien, ça demande seulement de se mettre soi à l’horaire, de façon régulière. Ca demande de se choisir et de se mettre en priorité.

Lors de mon bain de forêt, j’aime être à l’écoute autant de l’invisible que du visible. Au creux de la forêt, pour moi, il n’y a pas de hasard, seulement des synchronicités. Et quand on porte attention, la vie nous livre tellement de beaux messages. Je reste ouverte afin que l’invisible me rejoigne dans mon visible. 

 

neige feuille

Ces signes, comme des messages

Je vous partage en toute humilité, une pause récente, en forêt:

Dans ma période d’immobilité, en observant mes pas de la veille dans la neige, j’ai remarqué qu’un orignal avait marché directement dans mes traces. Bon, j’aurais pu en rester là et juste me dire Wow ! Mais non: c’est là qu’il est intéressant de creuser plus loin, dans ce que j’appelle la forêthérapie.

Pourquoi un orignal et pourquoi pas un écureuil ? Pour moi, l’orignal représente la solidité, la fierté, et la noblesse. Il représente la solitude et la sagesse de tous ces voyages, fait dans différents territoires, l’expérience d’avoir marché son chemin et d’en avoir tiré des leçons, prêtes à être transmises aux autres.

Et je n’en reste pas là, car j’aime bien valider dans mon visible. En fouillant sur internet, (vive le googlage!) j’ai compris que l’enseignement de l’orignal est de nous relier à la Mère-Terre et à nos profondeurs. L’ orignal m’invite au calme, à l’introspection et à la méditation. Sa médecine me montre à faire de mon quotidien des activités remplies d’Esprit (de présence), tout en recherchant la sécurité en moi-même (réponses intérieures) et non dans le groupe (réponses extérieures). 

Tout en continuant ma marche consciente, je vois, là où j’ai l’habitude de m’asseoir près de ma grande pruche, des traces de perdrix.  Cet animal, quand il se présente à moi, vient toujours m’annoncer de danser dans la grande spirale de la vie qui me ramène à mon centre, et qui me demande d’accepter que mon chemin diffère de celui des autres. Abandon total à ce qui est. 

Oh là, on me parle fort, en cette belle journée d’hiver!

Cette journée là, je suis revenue le cœur remplie de gratitude, car je savais que la vie venait de me confirmer que mon cas n’était pas une «cause perdue», que je n’étais pas en dépression.

J’étais seulement immergée dans un grand besoin d’introspection et de connexion avec mon sacré, mon cœur, mon âme, pour poursuivre ma route à moi.

J’avais simplement besoin d’ une pause, pour mieux rebondir par la suite.

 

femme neige bain de forêt

 

Un bain de forêt pour plonger dans le moment présent

La forêthérapie, ou le bain de forêt, ce n’est pas seulement d’aller marcher, mais c’est d’être présente et observatrice de ce qui vous entoure, pour pourvoir capter les messages subtils qui vous feront de grands enseignements.

Attention… l’ego est toujours dans l’détour et peut vous placer dans une attente de vivre une expérience grandiose, et vous faire chercher et chercher, jusqu’à vous décevoir.

Sachez le déjouer et garder le cap!

Les choses se présenteront d’elles même, au bon moment en toute simplicité.  C’est quand on s’y attend le moins que ça arrive, et il faut parfois plus d’une visite en forêt avant que celle-ci veuille s’ouvrir et travailler en conscience avec nous:

  • Tout simplement,  laissez-vous attirer par un arbre, asseyez-vous à sa base, le dos bien collé au tronc, et écoutez simplement les sons de la nature et votre petite voix.
  • Profitez de ces moments d’arrêt pour découvrir la magie de la vie, qui est à l’œuvre autour de vous.
  • Prenez des notes et faites vos recherches pour découvrir la symbolique de ce que vous avez rencontré, croisé, vécu, tout comme vous le feriez dans l’analyse d’un rêve. Permettez-vous de voyager différemment sur la terre, connectée à tout ce qui vit.

À moi et à vous, maintenant (si vous vous êtes reconnue dans ce texte) de profiter de ce grand moment d’immobilité que la vie nous offre sur un plateau d’argent, d’y plonger à 100% … et d’en ressortir encore plus lumineuse et plus forte, prête à emboîter le pas à la 2020. Je nous souhaite le meilleur !

Et si vous avez besoin de soutien dans cette nouvelle aventure d’être à votre écoute, je ne suis jamais bien loin. N’hésitez pas à m’écrire: c’est un plaisir pour moi de vous accompagner à la découverte de la magie de la vie!

 

Julie


Vous avez aimé ce texte? Ne ratez rien: Recevez notre infolettre gratuite.

Vous pouvez aussi rejoindre notre sympathique communauté: Devenez membre de notre Groupe Facebook.

Ou défilez tout en bas de cette page et laissez-nous votre commentaire: On aime tellement vous lire!


 

Vous devriez aimer aussi ...

8 commentaires

Avatar
Suzanne janvier 26, 2020 - 11:08

Wow quel beau texte cela fait quelques temps que je pense moi même à faire un bain de forêt ! Et là je viens de découvrir ce que je cherche depuis longtemps. Je ne suis pas encore atterri en 2020 non plus donc merci du fond du coeur pour ce beau message. Pourquoi on se complique la vie quand finalement tout est si simple. Merci Julie du fond du coeur.

Répondre
Avatar
Johanne Lessard janvier 26, 2020 - 3:59

Merci de ton partage Julie, tu es inspirante. Dans ton texte on ressent tout l’amour et le respect que tu portes à la terre et elle te le rend bien.

Répondre
julie
julie janvier 27, 2020 - 9:46

Merci Johanne pour ton petit mot, j’apprécie énormément.

Répondre
julie
julie janvier 27, 2020 - 9:45

Merci Suzanne ! Je suis heureuse de lire que ce partage à coeur ouvert rejoint le tien !! Je te souhaite un magnifique atterrissage en 2020 en toute simplicité !

Répondre
Avatar
Nancy Bergeron janvier 29, 2020 - 8:51

Merci pour ce partage inspirant et ancré.
Un rappel à ce qui fait trop souvent défaut à nos quotidiens chargés menant vers un hebdomadaire incomplet. Lorsque notre quête ressemble à la tienne, ce temps de l’année restreint de lumière s’arriment difficilement à un horaire occupé par le travail. La lecture de ce texte nous rappelle l’existence de ces moments toujours à la porter du choix et du temps lorsque l’appel se fait sentir.
Namasté 🙏 💫🧚‍♂️

Répondre
Julie leroux
Julie leroux janvier 30, 2020 - 9:43

Merci Nancy pour ton commentaire. Effectivement que tout est une question de choix et d’équilibre entre le travail et se choisir dans cet horaire qui va vite. L’important, c’est de s’écouter !

Répondre
Avatar
Karine janvier 30, 2020 - 6:56

Vive la forêt thérapie! J irai !
Merci
Merci
Merci

Répondre
Julie leroux
Julie leroux janvier 30, 2020 - 9:44

Bonne forêtherapie à toi Karine ! Je te souhaite une belle connexion avec la nature et ton coeur !

Répondre

Laisser un commentaire