Accueil Blogue Les façons de mesurer le bonheur

Les façons de mesurer le bonheur

0 commentaire

Mesurer le bonheur, comment faire … et qui plus est, le Bonheur au travail ?

Mais d’abord,  qu’est-ce que le Bonheur au travail ? Sérieusement, ça se mesure, ça?

Pourquoi une personne est-elle heureuse au travail et que sa voisine ne l’est pas?

Pour moi, cette préoccupation est arrivée au moment de mes transitions de carrière, au moment ou j’étais moi-même à la recherche d’un tout nouvel emploi. Où aller travailler? Qu’est-ce que j’avais le goût d’accomplir? Dans quel milieu ?

J’échangeais avec des gens, pour me rendre compte que beaucoup, beaucoup ne trouvent pas plaisir à se rendre au travail. Je ne pouvais croire que l’on reste (trop longtemps) au travail juste pour attendre la paie, les vacances, la retraite, ou je ne sais trop quoi. J’ai donc questionné:

  • Qu’est-ce que c’est, au juste, le bonheur au travail? Est-ce une utopie?
  • Est-ce qu’on l’espère en vain ?
  • En sommes-nous à vouloir mesurer… l’immesurable bonheur?

Sur la piste: Mesurer le bonheur au travail 

Curieuse de nature, je me suis mise à la recherche de la définition du Bonheur au travail. Bien que la thématique soit plutôt galvaudée, il n’est pas si simple d’en trouver une définition claire.

Pourquoi est-ce si compliqué ? Voilà ce que mes recherches ont permis de trouver.

Voyons voir les différentes pistes.

1. Quel est votre indice de Bonheur ?

Pierre Côté a créé en 2006 l’Indice relatif de bonheur ou IRB. Le but de cet indice est de faire du bonheur une variable qui compte, lorsque vient le temps de poser un jugement ou d’évaluer une société, une collectivité, un milieu de travail.
Intéressant n’est-ce pas?  D’ailleurs, si vous souhaitez connaître votre IRB, M. Côté vous offre la possibilité de l’évaluer sur son site. Si vous êtes comme moi, vous irez jeter un oeil là-dessus!

Bien qu’il ait développé un outil pour mesurer le bonheur, Pierre Côté nous indique cependant que nous détenons notre propre définition du bonheur, et donc, c’est la même chose pour le bonheur au travail.

Il mentionne qu’au final, c’est notre propre définition qui reste la meilleure et la plus juste, pour mesurer le bonheur.

Retour au test IRB… je suis curieuse…

OK, assez, le jeu! Je suis en quête après tout!

Je continue mon exploration … et je tombe sur une seconde piste.

2. Déployer ses talents et faire oeuvre utile 

Cette fois, c’est à travers un article du journaliste Olivier Schmouker, du journal les Affaires, que je trouve d’autre éléments. Dans son article, il nous parle du philosophe Bertrand Russel, qui a écrit le livre la Conquête du bonheur en 1930, dans lequel il consacre un chapitre au bonheur au travail. Voici ce qu’en ressors Oliver Schmouker, dans son article:

“Qui entend conquérir le bonheur au travail se doit de faire sienne la lumineuse recette de Bertrand Russell. Il lui faut veiller à la présence constante de deux éléments dans son quotidien au travail : d’une part, la capacité de déployer ses talents propres et d’autre part, le sentiment de faire œuvre utile. Car c’est en mettant ses compétences au service d’une œuvre constructive qu’il ressentira une satisfaction sans fin dans son travail.”

Ce que nous résume M. Schmoouker, c’est que les deux éléments qui rendent un travail intéressant sont:

  • Le déploiement de l’adresse
  • L’effort de construction

Bon, je détiens deux pistes…

Oh, tout ça me fait penser à mon dernier article, Bonheur à vélo et Bonheur au travail, où je vous présentais les 4 haltes:  la première est la halte personnelle, qui dit que le bien-être au travail est une question personnelle, qui repose sur:

  • Le sens du travail
  • Le sentiment de compétence
  • La motivation, l’engagement et le plaisir
  • L’apprentissage et l’accomplissement
  • L’authenticité
  • L’attitude positive

Je me dis qu’il serait intéressant et pertinent de questionner les principaux intéressés là-dessus: les gens qui sont au travail!

Pourquoi pas une vague de bonheur au travail ?

Pour faire cela, au début de mon aventure et de mon démarrage d’entreprise, j’ai réuni un groupe de travail afin de réfléchir avec eux sur la question.

Ensemble, nous avons déterminé notre vision du Bonheur au travail. Notre souhait était de créer une vague à travers le Québec… une vague de Bonheur au travail !

C’est ainsi que nous avons sondé, via les réseaux sociaux, les gens de notre entourage. Nous avons obtenu non pas une définition, mais plutôt un constat (voici les résultats de notre sondage) :

  • Certains éléments plus précis favorisant le bonheur au travail peuvent varier d’une personne à l’autre. Par contre, nous pouvons conclure que pour être heureux au travail, il importe d’avoir une bonne communication entre employé et employeur pour identifier des moyens concrets d’améliorer les conditions de travail.

Le bonheur au travail n’est donc pas une utopie: il y a des moyens de l’atteindre!

La communication est un élément du travail qui permet de rendre nos milieux plus heureux! De plus, le déploiement de l’adresse et l’effort de construction y contribuent grandement.

L’Allégorie du tailleur de pierres

Vous savez, cette recherche m’amène à l’allégorie du tailleur de pierre. Je vous raconte cette histoire :

Trois tailleurs de pierre, attablés dans une taverne, se reposent de leur journée de travail en buvant une bière. Le patron de l’établissement demande au premier ce qu’il fait dans la vie.
Celui-ci lui répond : « Je taille des pierres. »
Puis le second, à qui il adresse la même question, lui dit : « Je taille des pierres pour bâtir un mur. »
Le troisième, sans même attendre la question du tavernier, s’empresse de lui déclarer avec fierté : «Je suis en train de bâtir une cathédrale. »

J’imagine assez bien que chacun de ces tailleurs de pierre a sa propre définition du bonheur et surtout du Bonheur au travail.  Vous avez bien compris que le bonheur au travail est une question personnelle. Moi, si j’étais leur supérieure, je tenterais de saisir ce qu’ils apprécient de leur travail, ce qui les motive, ce qui fais sens pour eux. Je tenterais d’identifier leur Indice de Bonheur au travail afin de pouvoir ajuster mes intervention à cette équipe.

Aider les organisations à conjuguer leur bonheur au travail 

En m’outillant pour devenir porteuse de Bonheur au travail, et en définissant mon accompagnement organisationnel, j’en suis venue à développer mon concept.

Ma mission est d’accompagner les organisations, les groupes, les équipes, à créer un lieu où règne le plaisir, où la synergie s’installe, où l’espace de collaboration est présent.

C’est ce que j’appelle Conjuguer leur organisation.

Conjuguer l’organisation c’est d’abord et avant tout lire l’organisation, à travers le je / nous/ vous:

  • Le “je”, c’est l’individu qui détient des compétences, des expériences, des connaissances, et qui place le tout au profit de l’organisation, au profit du “nous”.
  • Le “nous”, c’est l’équipe de travail. Cette dernière accomplit des tâches, afin de créer des services ou des produits pour l’organisation.
  • Le “vous”,  c’est la personne pour qui le “nous” travaille: ce peut être un client, un partenaire, une autre équipe de travail, etc.

Conjuguer l’organisation, c’est créer un milieu de travail où l’on se sent faire partie d’un projet commun.

J’accompagne donc à la mobilisation d’équipes de travail, afin de les aider à voir cette cathédrale et à identifier comment y arriver ensemble.

Le Bonheur au travail fait partie de notre quête personnelle, car nous y consacrons beaucoup de temps et d’énergie dans une semaine,  alors je trouve vraiment important que l’on définisse notre sens du travail et du Bonheur au travail.

Quand nous comprenons notre relation au travail,  et que nous comprenons comment notre “je”  est en harmonie avec l’organisation dans laquelle nous oeuvrons, j’estime que nous sommes sur notre piste du Bonheur au travail.  

Par contre, si notre “je”  ne concorde pas avec celui de l’organisation, nous vivons une contradiction, une pression sur notre  “je” et cela nous éloigne de notre Bonheur au travail.

C’est ainsi, à mon avis, que l’un est heureux au travail… et l’autre de l’est pas.

Je vous invite !

Je vous invite à définir votre relation au travail et à y jeter un regard face à votre organisation. Vous devriez ainsi être plus en mesure de clarifier votre Bonheur au travail.

Pour explorer ceci, voici un outil qui vous permettra d’avoir cette première réflexion. Je l’utilise dans mon accompagnement: Ma relation au travail.

Bonne réflexion!


Nathalie Fortin  Cocréatrice de changement

www.changementcreatif.com

Vous devriez aimer aussi ...

Laisser un commentaire